Archives du mot-clé Bordeaux

Sur la route des vins de Bordeaux : à la découverte du Médoc

Vignoble MédocainLe Médoc, une des 7 régions viticoles bordelaise

Le vignoble bordelais, à l’instar de la Bourgogne, regorge de nombreuses appellations qui sont dispersées à travers 7 régions viticoles bordelaises : Médoc, Blayais, Côtes-de-Bourg (appelé aussi Bourgeais), Libournais, Entre-deux-Mers, Graves et Sauternais. Ces 7 régions totalisent  38 appellations englobant en tout et pour tout près de 10 000 châteaux.

Géographie et appellations du vignoble Médocain

Le vignoble du Médoc s’étend sur la rive gauche de la Gironde, de Saint-Vivien-de-Médoc au nord jusqu’à la ville de Bordeaux au sud. Vignoble principalement à vins rouges, il fût propulsé au sommet de la hiérarchie bordelaise par la classification officielle des vins de Bordeaux de 1855.
Il comprend deux AOC régionales, Médoc et Haut-Médoc, ainsi que six AOC communales : Saint-Estèphe, Pauillac, Saint-Julien, Listrac-médoc, Moulis-en-Médoc et Margaux.

Les cépages du Médoc

Les cépages au sein du vignoble bordelais sont multiples, contrairement à d’autres vignobles tels que le vignoble Bourguignon principalement axé sur deux cépages. Sur l’ensemble du vignoble bordelais, on dénombre onze cépages dont six cépages rouges et cinq cépages blancs. Le Médoc regroupe quant à lui cinq de ces onze cépages : Merlot, Cabernet Sauvignon, Cabernet Franc, Malbec et Petit Verdot. Chaque  Château compose son propre assemblage de cépages, parmi les cinq cités,  selon les spécificités culturales des domaines et les choix personnels des vignerons.
Le cépage prédominant reste le Cabernet Sauvignon, caractéristique du vignoble bordelais, composant à titre d’exemple les deux tiers des vins du célèbre Château Latour à Pauillac. Viennent ensuite le Cabernet Franc, le Petit Verdot et le Malbec généralement en quantité moindre (souvent moins de 10%).

 Classification des vins du vignoble Médocain

Au travers de ses huit appellations (régionales et communales), le Médoc se décompose en cinq familles de crus permettant à chaque vin de révéler sa propre identité et d’appartenir à la famille qui lui correspond le mieux : les crus classées (liés au classement de 1855), les crus bourgeois, les crus artisans, les caves coopératives et les autres crus. Ce vignoble produit des vins d’exceptions reconnus mondialement, et ce, en partie par la classification de 1855 dont vous trouverez ci-dessous les deux premières parties du classement :

Premier cru classé :
Château Haut-Brion, Pessac-Léognan
Château Lafite Rothschild, Pauillac
Château Latour, Pauillac
Château Margaux, Margaux
Château Mouton Rothschild, Pauillac

Deuxième cru classé :
Château Brane-Cantenac, Margaux
Château Cos d´Estournel, Saint-Estèphe
Château Ducru-Beaucaillou, Saint-Julien
Château Durfort-Vivens, Margaux
Château Gruaud Larose, Saint-Julien
Château Lascombes, Margaux
Château Léoville Las Cases, Saint-Julien
Château Léoville Poyferré, Saint-Julien
Château Léoville Barton, Saint-Julien
Château Montrose, Saint-Estèphe
Château Pichon Longueville Baron de Pichon, Pauillac
Château Pichon Longueville Comtesse de Lalande, Pauillac
Château Rausan-Ségla, Margaux
Château Rauzan-Gassies, Margaux

Vers une nouvelle géographie viticole ?

La carte des vignobles est amenée à changer par le fait climatique, le saviez-vous ?

On ne cesse de parler du réchauffement climatique, et bien il semblerait qu’il ait un impact dans tous les domaines, y compris dans celui des vignobles et du secteur viticole. En effet, ce changement climatique imposera progressivement une redistribution de la géographie viticole. Les zones nordiques sont normalement trop froides et trop humides pour la production de vignes, la limite septentrionale des vins de qualité se situant au niveau des régions françaises de Bourgogne et d’Alsace. Et pourtant, plus le climat se réchauffe, plus cette limite va se déplacer vers des régions plus au Nord, profitant ainsi à des pays aujourd’hui non producteurs. Les régions productrices vont quant à elles devoir adapter leurs stratégies et développer de nouveaux cépages si elles veulent survivre.

Zone viticole en Europe

Des investisseurs commencent à parier sur la création de vignobles aux Royaume-Uni, comme au Pays-Bas, en Pologne, en Russie ou dans le sud de la Suède, tandis que l’Australie commence à transférer ses vignobles vers la Tasmanie. Le climatologue américain Lee Hannah annonce la mort prochaine d’une partie du vignoble méditerranéen et français (Bordelais, Provence, Languedoc-Roussillon, Vallée-du-Rhône…), la réduction de la zone viticole européenne d’au moins 40%. L’impact du réchauffement climatique ne se réduira bien évidemment pas qu’aux zones européennes, la réduction des vignobles d’Argentine, du Chili, des Etats-Unis ou de l’Afrique du Sud étant aussi à prévoir.

Les zones méridionales sont confrontées de plus en plus régulièrement à des vagues de chaleur extrêmes, amplifiant la problématique du stress hydrique. Les vignerons doivent être d’autant plus attentifs et trouver des solutions pour aller à l’encontre de ce phénomène, ce qui engendre un travail supplémentaire de création, d’adaptation et de vigilance, et finalement comme un effet de domino une augmentation du coût de production, une diminution des rendements, et au bas de l’échelle une augmentation du coût de vente des vins.
Si nous prenons le cas du Languedoc, les vins produits en plus grande quantité que dans d’autres régions françaises, sont nécessairement vendus à des prix moins élevés. Cependant, si les coûts augmentent, par l’installation de matériels d’irrigation par exemple, les vignerons devront s’orienter inévitablement vers un autre modèle que celui d’une production quantitative s’ils veulent affronter cette crise.

Une meilleure connaissance des cépages et de leur évolution est aujourd’hui absolument nécessaire et est l’un des enjeux du monde viticole. Les chercheurs se tournent de plus en plus vers la création d’OMG pour obtenir des variétés plus résistantes au réchauffement climatique.

Semaine des Primeurs 2014 à Bordeaux

Semaine des Primeurs à Bordeaux : c’est parti pour une semaine intense dans le vignoble bordelais !

Après le Salon des Vignerons Indépendants à Paris, voici une semaine chargée pour le vignoble bordelais avec le début de la semaine des Primeurs. Ce rendez-vous, attendu par tous les Châteaux, permettra aux vignerons de présenter leur millésime 2013 aux meilleurs œnologues, sommeliers et journalistes.

Durant une semaine, ces spécialistes du vin dégusteront ce nouveau millésime afin de débattre et de donner leur avis. Cette tradition bordelaise unique en son genre va permettre de fixer les prix des plus Grands Crus, notamment ceux de nos partenaires :
Château Giscours
Château du Tertre
Château Desmirail
Château Fonplégade
– Château Le Prieuré, … et bien d’autres

Pour l’ensemble des Châteaux bordelais, du Médoc au Libournais, cette semaine revêt un aspect crucial pour l’année à venir. Des grands noms du vin sont attendus toute cette semaine tels que Robert Parker, François Lévêque ou encore Stéphane Derenoncourt.

Salon des vins des vignerons indépendants

Du 28 novembre au 2 décembre 2013 se tiendra à la Porte de Versailles à Paris le Salon Des Vins des Vignerons Indépendants.

Ce salon possède sa spécificité… le terme « indépendant » donne le ton. C’est une rencontre avec celui qui signe de son nom chaque étiquette dans le respect de la charte signée. Une idée préside : « le savoir-être du vin« . Des hommes différents,  à travers l’expression d’un savoir- faire authentique, vous offriront donc des vins variés. « L’indépendant », perpétuant souvent une tradition familiale dans des parcelles modestes, travaille sa vigne, récolte, vinifie, met en bouteille et commercialise son produit.
Il est donc présent dans toutes les étapes liées à la vie de son vin et sera le mieux placé pour  vous guider dans votre dégustation, vous parler de son métier, vous conseiller et bien sûr vous encourager à remplir votre cave de son breuvage…
Déambuler le long des allées du salon où se côtoie toute la France viticole devra mettre en bouche l’amateur de vins que nous sommes et sera l’occasion d’aller à la rencontre des vignerons partenaires de VINOTRIP. Parmi eux : le domaine François Buffet en Bourgogne, dirigé aujourd’hui par Marc-Olivier Buffet, et dont le vignoble de pinot noir tire magnifiquement profit des terroirs exceptionnels de Volnay et Pommard ;  ou encore le domaine Marcel Humbrecht en Alsace, …

Cette promenade œnologique pourra se poursuivre dans les vignes ou sur la route des vins de France, pour une approche différente et plus riche. Elle vous conduira, à votre tour, chez ceux avec qui vous aurez tissé des liens au salon, vous y séjournerez. Ces vignerons indépendants vous attendent, le temps d’un week-end de dégustation de vin, en Alsace, Bourgogne, Bordelais, Champagne sur leurs terres prêts à vous faire découvrir leur passion … et leur vin.

De la porte de Versailles aux vignobles il n’y a qu’un pas !!