Archives du mot-clé Bourgogne

Le succès des vins blancs de Bourgogne

Grands crus bourgogneLa Bourgogne est réputée pour ses blancs. Héritière d’une tradition millénaire, ses vins font partie de l’histoire de France à part entière. Parmi les vignobles les plus renommées de la région on trouve la Côte de Nuits et la Côte de Beaune, qui sont à l’origine des vins de Bourgogne les plus célèbres. Citons également le Chablisien, le Beaujolais et le Mâconnais. N’hésitez pas à déguster ces fabuleux vins blancs lors de votre prochain séjour œnologique en Bourgogne !

Lire la suite

Rencontre œnologique dans le vignoble de Bourgogne à la maison Olivier Leflaive

Olivier Leflaive 

Interview d’Olivier Leflaive, propriétaire du domaine viticole Olivier Leflaive à Puligny-Montrachet. Le domaine Olivier Leflaive a reçu la médaille d’excellence d’accueil de l’oenotourisme en 2009.

Le domaine Olivier Leflaive est l’histoire d’un héritage familial lié à une histoire d’amour : celle d’une rencontre, une rencontre de l’autre, des visiteurs du monde entier, dont dépendent aujourd’hui les valeurs chaleureuses de l’entreprise. Lire la suite

Tout savoir sur les vins de Gevrey Chambertin en Bourgogne

carte vignoble gevrey chambertinGéographie :
C’est au cœur de la Bourgogne, au Sud de Dijon que se situe Gevrey Chambertin, commune la plus au Nord du vignoble de la Côte de Nuits.

Appellations :
26 Premiers Crus
tels que : Clos Saint-Jacques, Petite Chapelle, Lavaut ou encore Champonnet
8 Grands Crus tels que : Chambertin, Clos de Vougeot, Mazis-Chambertin ou encore Griotte-Chambertin

Cépage :
Pinot Noir

Style :
Vins rouges aromatiques, équilibrés et denses

Caractère :
Sa robe est vive (du rouge rubis foncé à la cerise noire) et ses arômes très fruités rappellent la framboise, le cassis, la groseille, mais aussi la réglisse et les épices. Certains y trouveront de la rose, de la violette et du sous-bois. Au palais, il est puissant et élégant à la fois.

Sa garde :
Les vins de Gevrey-Chambertin sont des vins de longue garde, surtout pour les Premiers et Grands Crus. Entre 5 et 12 ans, idéalement une dizaine d’années

Accords mets & vins :
La puissance et l’intensité des vins rouges de Gevrey-Chambertin s’associent parfaitement à une viande rouge grillée, un gigot de mouton ou encore mieux, une viande en sauce du type coq au vin, agneau en sauce ou bœuf bourguignon, évidemment ! Des fromages forts en goût (Livarot, Epoisses) sont également les bienvenus pour mettre en valeur la riche palette arômatique de ces vins.
A servir entre 14°C et 16°C.

Si vous avez aimé le Gevrey-Chambertin, alors vous apprécierez :
Pour l’équivalence de style : un Crozes-hermitage (Du vignoble de la Vallée du Rhône)
Pour ses arômes : un champagne rouge et fruité, le Bouzy (Vignoble de Champagne)
Pour sa saveur : un Volnay (Bourgogne)
Dans la région, pour une belle occasion : un Clos-Vougeot (Bourgogne)

ET si vous désirez en savoir d’avantage sur cette appellation, nous ne saurons trop vous conseiller de vous rendre sur place et de prendre part à des activités découverte des vins bourguignons  : atelier vin, stage œnologie Bourgogne, …

Orages en Bourgogne : à quand une récolte normale ?

De prestigieux vignobles de la Côte de Beaune ont été touchés par des orages de grêle pour la 3eme année consécutive.
Pendant quelques minutes à peine, les vents violents et les grêlons ravageurs se sont abattus il y a une dizaine de jour en Côte d’Or sur un couloir allant de Santenay à Beaune.
Aujourd’hui, les viticulteurs constatent les dégâts, immenses, même si le pire a peut-être été évité avec la trentaine de générateurs à iodure d’argent disséminés dans le Sud de la Bourgogne pour diminuer le nombre et la taille des grêlons. Les dégâts se sont concentrés sur les côtes de Beaune, touchant notamment les appellations (et les premiers crus) de Meursault, Pommard, Santenay et Volnay.

Raisins à terre, feuillage arraché et bois abîmés…les pertes sont estimées entre 50 et 90% pour certaines parcelles. Le bilan 2014 est pire que l’année précédente où les orages avaient aussi détruit une partie des récoltes. Malheureusement, les millésimes se suivent et se ressemblent. Depuis 2011, la Bourgogne n’arrive pas à renouer avec une production normale et enchaîne les records de petites vendanges, la production étant constamment rabaissée par les intempéries.

Une exaspération d’autant plus forte que le millésime 2014 s’annonçait jusqu’à présent sous de bons auspices : après un printemps doux et un mois de juin chaud, de belles récoltes se profilaient et le stade de fermeture de la grappe était même déjà atteint dans les terroirs précoces. C’était sans compter sur les caprices de la nature.
La protection anti-grêle mise en place est sujette à discussion : sans être remise en cause, son efficacité est questionnée par les viticulteurs. L’épisode de grêle de cette année 2014 aura prouvé les limites du système. Ce dispositif à iodure d’argent reste donc à étudier de façon plus approfondie pour peut-être un jour permettre de transformer entièrement les gros grêlons en simples gouttes d’eau.

Les conséquences économiques de ces nouvelles intempéries toucheront très certainement l’ensemble de la filière viticole de la région.
Reçus ce 26 juin par le ministre de l’Agriculture, les représentants de la filière vin ont notamment évoqué les discussions sur la mise en place d’un contrat socle (gel, grêle, coulure…), dont la mise en place est notamment liée à un soutien financier de l’Etat. Peut-être un moyen de redonner le moral aux viticulteurs.

Sur la route des vins de Bourgogne : à la découverte de la Côte de Beaune


Il est parfois difficile de s’y retrouver parmi les multiples régions, communes et appellations du vignoble bourguignon. Aujourd’hui, on vous propose de partir à la découverte d’une des régions les plus renommées de la Bourgogne des Grands Crus : la Côte de Beaune. En espérant que cette rapide présentation encourage les moins initiés à se plonger parmi les appellations et terroirs d’exceptions de ce vignoble, et serve de rappel aux amateurs avertis.
La Bourgogne se décompose en 6 grandes régions viticoles, du nord au sud : le Chablisien près d’Auxerre, la Côte de Nuits, la Côte de Beaune, la Côte chalonnaise, le Mâconnais, et enfin le Beaujolais.

Chacune de ces régions possède des caractéristiques propres, du Beaujolais connu pour son fameux Beaujolais nouveau, au Chablis pour son appellation mono-cépage (le chardonnay), en passant par la Côte de Nuits avec les vins rouges parmi les plus chers au monde (Romanée-Conti pour n’en citer qu’un..), la Côte chalonnaise et le Mâconnais encore peu connus mais à découvrir, et enfin la Côte de Beaune, le terroir des plus beaux vins blancs du vignoble français.
Ces différentes subdivisions du vignoble de Bourgogne appellent une géologie et une météorologie spécifiques, mais nous éviterons de rentrer dans ce genre de détails !

La renommée du vignoble de la Côte de Beaune est étroitement liée à sa capitale, Beaune, siège historique et économique de la Bourgogne viticole. Le vignoble s’étend en effet autour de cette  ville, de Ladoix-Serrigny au nord jusqu’à Cheilly-lès-Maranges au sud, chevauchant les départements de la Côte-d’Or et de la Saône-et-Loire.
Seuls deux cépages sont recensés au sein de ce vignoble : l’un rouge, le Pinot noir, et l’autre blanc, le Chardonnay à l’origine des vins blancs parmi les réputés au monde.

Longer les 30 km de la route des Grands Crus de la Côte de Beaune revient à parcourir quelques 20 communes viticoles, une trentaine d’appellations spécifiques, en plus de celles propres à tout le vignoble bourguignon, telles que les appellations génériques Bourgogne, Bourgogne-Aligoté, … Quelques noms évocateurs (Pommard, Corton-Charlemagne, Montrachet, ..) font briller les yeux et saliver les papilles de tous les amateurs de vins du monde.

Parmi les villages produisant des Grands Crus on distingue :
Aloxe-Corton (appellations : aloxe-corton, corton-charlemagne, charlemagne et corton) ;
Pommard (appellations : pommard et bourgogne-hautes-côtes-de-beaune) ;
Savigny-lès-Beaune (appellations : savigny-lès-beaune, côte-de-beaune-villages, bourgogne-hautes-côtes-de-beaune) ;
Meursault (appellations : meursault, blagny, sainte-marie-la-blanche, volnay et bourgogne-hautes-côtes-de-beaune) ;
Chassagne-Montrachet (appellations : chassagne-montrachet, bâtard-montrachet, criots-bâtard-montrachet, montrachet et côte-de-beaune-villages) ;
Puligny-Montrachet (appellations : puligny-montrachet, bâtard-montrachet, bienvenues-bâtard-montrachet, montrachet, chevalier-montrachet, blagny et côte-de-beaune-villages).

Si les grands crus de ces appellations ne sont pas accessibles à toutes les bourses, tout un chacun pourra trouver son bonheur, à partir de 10€, sur des appellations moins réputées ou non classées en Grand Cru ou Premier Cru. Et pour approfondir vos connaissances en la matière, n’hésitez pas à partir en stage œnologique en Bourgogne.

Vers une nouvelle géographie viticole ?

La carte des vignobles est amenée à changer par le fait climatique, le saviez-vous ?

On ne cesse de parler du réchauffement climatique, et bien il semblerait qu’il ait un impact dans tous les domaines, y compris dans celui des vignobles et du secteur viticole. En effet, ce changement climatique imposera progressivement une redistribution de la géographie viticole. Les zones nordiques sont normalement trop froides et trop humides pour la production de vignes, la limite septentrionale des vins de qualité se situant au niveau des régions françaises de Bourgogne et d’Alsace. Et pourtant, plus le climat se réchauffe, plus cette limite va se déplacer vers des régions plus au Nord, profitant ainsi à des pays aujourd’hui non producteurs. Les régions productrices vont quant à elles devoir adapter leurs stratégies et développer de nouveaux cépages si elles veulent survivre.

Zone viticole en Europe

Des investisseurs commencent à parier sur la création de vignobles aux Royaume-Uni, comme au Pays-Bas, en Pologne, en Russie ou dans le sud de la Suède, tandis que l’Australie commence à transférer ses vignobles vers la Tasmanie. Le climatologue américain Lee Hannah annonce la mort prochaine d’une partie du vignoble méditerranéen et français (Bordelais, Provence, Languedoc-Roussillon, Vallée-du-Rhône…), la réduction de la zone viticole européenne d’au moins 40%. L’impact du réchauffement climatique ne se réduira bien évidemment pas qu’aux zones européennes, la réduction des vignobles d’Argentine, du Chili, des Etats-Unis ou de l’Afrique du Sud étant aussi à prévoir.

Les zones méridionales sont confrontées de plus en plus régulièrement à des vagues de chaleur extrêmes, amplifiant la problématique du stress hydrique. Les vignerons doivent être d’autant plus attentifs et trouver des solutions pour aller à l’encontre de ce phénomène, ce qui engendre un travail supplémentaire de création, d’adaptation et de vigilance, et finalement comme un effet de domino une augmentation du coût de production, une diminution des rendements, et au bas de l’échelle une augmentation du coût de vente des vins.
Si nous prenons le cas du Languedoc, les vins produits en plus grande quantité que dans d’autres régions françaises, sont nécessairement vendus à des prix moins élevés. Cependant, si les coûts augmentent, par l’installation de matériels d’irrigation par exemple, les vignerons devront s’orienter inévitablement vers un autre modèle que celui d’une production quantitative s’ils veulent affronter cette crise.

Une meilleure connaissance des cépages et de leur évolution est aujourd’hui absolument nécessaire et est l’un des enjeux du monde viticole. Les chercheurs se tournent de plus en plus vers la création d’OMG pour obtenir des variétés plus résistantes au réchauffement climatique.

Le procès du « Dr Conti »

Lundi 9 décembre 2013 à New York s’est ouvert le procès de Rudy Kurniawan. Ce dernier est accusé d’avoir fabriqué et vendu des centaines de bouteilles de grands crus. Appellations et millésimes n’ont pas de secrets pour lui, surprenant même les plus grands experts.

Spécialisé dans la vente aux enchères, celui que l’on surnommait « Dr Conti » pour sa passion pour le Romanée Conti, possédait un véritable laboratoire de contrefaçons de vins avec de vieilles bouteilles, bouchons, des milliers de fausses étiquettes de Château Latour,  Château Pétrus et autres grands noms des vignobles français. Le responsable du domaine Laurent Ponsot en Bourgogne, victime du faussaire mais ayant réussi à faire stopper une vente de 600 000 dollars pour 97 bouteilles de ses récoltes, témoignera ainsi que les représentants de certains grands domaines, Laurent Roumier à Chambolle-Musigny  et Aubert de Villaine pour le domaine de la Romanée Conti.

Le prévenu risque jusqu’à  40 ans de prison pour vins contrefaits et fraude financière.

Salon des vins des vignerons indépendants

Du 28 novembre au 2 décembre 2013 se tiendra à la Porte de Versailles à Paris le Salon Des Vins des Vignerons Indépendants.

Ce salon possède sa spécificité… le terme « indépendant » donne le ton. C’est une rencontre avec celui qui signe de son nom chaque étiquette dans le respect de la charte signée. Une idée préside : « le savoir-être du vin« . Des hommes différents,  à travers l’expression d’un savoir- faire authentique, vous offriront donc des vins variés. « L’indépendant », perpétuant souvent une tradition familiale dans des parcelles modestes, travaille sa vigne, récolte, vinifie, met en bouteille et commercialise son produit.
Il est donc présent dans toutes les étapes liées à la vie de son vin et sera le mieux placé pour  vous guider dans votre dégustation, vous parler de son métier, vous conseiller et bien sûr vous encourager à remplir votre cave de son breuvage…
Déambuler le long des allées du salon où se côtoie toute la France viticole devra mettre en bouche l’amateur de vins que nous sommes et sera l’occasion d’aller à la rencontre des vignerons partenaires de VINOTRIP. Parmi eux : le domaine François Buffet en Bourgogne, dirigé aujourd’hui par Marc-Olivier Buffet, et dont le vignoble de pinot noir tire magnifiquement profit des terroirs exceptionnels de Volnay et Pommard ;  ou encore le domaine Marcel Humbrecht en Alsace, …

Cette promenade œnologique pourra se poursuivre dans les vignes ou sur la route des vins de France, pour une approche différente et plus riche. Elle vous conduira, à votre tour, chez ceux avec qui vous aurez tissé des liens au salon, vous y séjournerez. Ces vignerons indépendants vous attendent, le temps d’un week-end de dégustation de vin, en Alsace, Bourgogne, Bordelais, Champagne sur leurs terres prêts à vous faire découvrir leur passion … et leur vin.

De la porte de Versailles aux vignobles il n’y a qu’un pas !!