Sur la route des vins d’Alsace

L’histoire du vignoble alsacien

Pour le vignoble alsacien, la vie ne semble pas être un long fleuve tranquille. Contrairement aux autres régions viticoles françaises, hormis les vignobles champenois et lorrains qui ont subi les dégâts de la 1ère guerre mondiale, les vignes d’Alsace ont été malmenées par les guerres de conquête des rois de France, puis par les conflits franco-allemands. La reconstruction du vignoble, qui s’est opérée à partir des années 50, a d’abord consisté à sauver l’essentiel, ce qui fut fait avec la reconnaissance de l’AOC Alsace, obtenue en 1962, et qui valorisait la région en couvrant la totalité de l’aire viticole délimitée à cette époque, étendue depuis.
Le vignoble issu de ce sauvetage et celui que nous connaissons aujourd’hui sont cependant bien différents. Il aura suffi de quelques années pour créer le Crémant (décret de 1976) devenu entre-temps le leader incontesté des effervescents français hors Champagne, et l’AOC Grand Cru (décret de 1975). Les vignerons indépendants ont grandement contribué à son émergence. Dans ce même laps de temps, l’Alsace a imposé ses vins moelleux et liquoreux, en officialisant une réglementation un usage fort ancien.
La description des AOC Alsace ne serait pas complète sans souligner les efforts collectifs entrepris depuis plus de 20 ans, et qui ont permis une amélioration globale spectaculaire de la qualité des vins génériques, reconnue par tous.

Carte de la route des vins d’AlsaceRoute des vins d'Alsace

Le vignoble alsacien s’étend du Nord au Sud de l’Alsace, de Strasbourg à Mulhouse, sur une surface totale de production de 15 600 hectares répartie sur 119 communes. Le vignoble peut produire 637 vins AOC-AOP différentes, majoritairement en blanc, mais également en mousseux et rouge. Pour que la liste soit complète, il ne faut pas oublier l’eau-de-vie régionale : le marc d’Alsace !
C’est donc au cœur de la plaine du Rhin que se situe la zone de production des vins d’Alsace. Les vignes se développent, d’une part, sur les contreforts orientaux des Vosges, entre environ 170 et 500 mètres d’altitude, et d’autre part dans les petites vallées qui les entaillent. L’ensemble du vignoble est parcourue, sur une longueur de 170 kilomètres, par la fameuse Route des vins d’Alsace dont le tracé a été défini officiellement en mai 1953 et qui passe par une grande partie des communes du vignoble (67 sur 119) et appellations Grands Crus (48 sur 51). De plus, la route des vins d’Alsace se visite en voiture, à vélo ou encore à pied.

Les appellations des vins d’Alsace

Cas particulier en France, la totalité du vignoble alsacien est classée AOC Alsace (ou vins d’Alsace). Au-delà de cette AOC « générale », il existe deux autres appellations :
–     l’une concerne les 51 Grands Crus  – Appellation Alsace Grand Cru
–     l’autre les vins effervescents : Crémants d’Alsace –  Appellation Crémant d’Alsace
L’AOC Alsace représente environ 80 % des vins, 4% pour l’AOC Grand Cru et 17 % pour l’AOC Crémant. Par ailleurs, l’AOC Alsace et l’AOC Alsace Grand Cru autorisent deux mentions : Vendanges Tardives et Sélections de Grains Nobles, la première consistant à vendanger le raisin plus tardivement afin d’obtenir un taux en sucre plus élevé et la deuxième consistant à récolter le raisin surmûrie ayant subi une concentration de la vigne faisant apparaître le champignon botrytis cinerea.

L’AOC générale est accordée aux vins issus des sept cépages reconnus, tous à découvrir lors d’un stage œnologie en Alsace : Muscat, Sylvaner, Pinot Blanc, Pinot Gris, Pinot Noir, Riesling et Gewurztraminer ainsi qu’à deux assemblages, l’Edelzwicker et le Gentil. Le rendement annuel à l’hectare est fixé à 80 hectolitres et à 75 pour les Pinot Noir.
Les vins d’Alsace de toutes les appellations (hormis le Crémant) sont embouteillés dans les fameuses flûtes et obligatoirement mis en bouteille dans la région d’origine.

Le Riesling demeure leader de l’encépagement (22 %) devant le Pinot Blanc (21 %), dopé par le Crémant. Suivent le Gewurztraminer (18 %), le Pinot Gris (14 %), le Sylvaner (11 %), le Pinot Noir (9 %) et le Muscat (2 %).

Crédit : Benoit France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *