Archives pour la catégorie Insolite

Des évènements ou expériences autour du vin hors du commun

Quiz sur le champagne

Les secrets du champagne

Le champagne… vous le consommez, mais est-ce que vous le connaissez? Testez votre niveau d’expertise à travers notre quiz!

Les domaines viticoles des stars

Ils les aiment tous ! Mais quoi ? Les vignobles, les vignes, les vins pardi ! Les stars françaises investissent dans la vigne et la viticulture française. Investir dans la vigne permet de profiter d’avantages fiscaux et cela a la qualité d’être un investissement peu sensible aux spéculations. Ils sont chaque année plus nombreux à s’investir dans la production du vin et sont très rigoureux sur sa qualité. On ne compte plus les nombreux domaines viticoles acquis par les célébrités, amoureuses des bonnes choses et du bon vin ! Lire la suite

Les 10 vins les plus chers du monde

Le vin s’achète à tous les prix. Du rosé à 4€ jusqu’au Grand Cru prestigieux à près de 70 000€ ! Des breuvages d’exception qui se vendent le plus souvent à l’abri des regards, dans les salles de ventes. VINOTRIP vous a sélectionné les 10 vins les plus chers du monde au cas ou vous voudriez casser votre PEL pour frimer en soirée, ou juste pour le plaisir :

1 : Henri Jayer Richebourg Grand Cru, Côte de Nuits : prix moyen de 16 000€ , peut atteindre les 27 700€ en salle des ventes.

2 : Domaine de la Romanée-Conti, Romanée-Conti Grand Cru, Côte de Nuits : prix moyen de 13 900€, peut atteindre les 40 900€ en salle des ventes.

3 : Henri Jayer Cros Parantoux, Vosne-Romanée Premier Cru, Côte de Nuits : prix moyen de 7 800€, peut atteindre plus de 14 700€ en salle des ventes. Lire la suite

L’image du vin en France

« Ils en pensent quoi les Français de leur trésor national ? »

Cette vidéo élaborée par Vin et Société répond à la question de manière ludique et originale pour comprendre la relation entre population française et vin (sondage IFOP 2014).

Et pour la mise en pratique, il y a les visites dans les vignobles.

L’article complet sur le baromètre IFOP / Vin & Société 2014 analysant les rapports qu’entretiennent les Français avec le vin que nous conseillons de consulter (avec une belle infographie, toujours plus ludique qu’un tableau de chiffres !) : www.vinetsociete.fr/les-francais-et-le-vin-barometre-ifop

Les vignes du Château Montrose

Vendangeurs andalous dans le MédocLe château Montrose

Depuis plus de 50 ans, ce Grand Cru Classé de Bordeaux en appellation Saint-Estèphe, fait appel chaque année aux mêmes vendangeurs issus d’un petit village d’Andalousie, au sud de Séville en Espagne.
Cette année, le chef d’équipe Antonio Sanchez fait la route en direction du Médoc vers le Château Montrose au bord de l’estuaire de la Gironde pour la 42ème fois de sa vie ! Les parcelles du vignoble de 95 hectares n’ont plus aucun secret pour lui, tout comme la récolte de fruits en général puisque ces saisonniers professionnels voyagent au fil des cueillettes : melons en été puis raisins et olives en automne en Espagne.

Un air d’andalousie au Château Montorse

Ces vendangeurs andalous issus du petit village de Pruna viennent depuis l’après-guerre, moment où il était difficile de trouver de la main-d’œuvre en France alors que l’inverse se produisait en Espagne. C’est l’adjoint chef de culture du Château, Paul Martin, parlant un espagnol impeccable, qui relaie auprès d’Antonio les directives de ramassage. Depuis le temps, une confiance sans faille et une réelle affection se sont développées entre les deux hommes.
« Ils sont disciplinés et terriblement efficaces, regardez avec quelle rapidité ils coupent les grappes au bon endroit. Il y a de la fluidité et de la dextérité dans ce travail« , témoigne Hervé Berland, propriétaire du Château Montrose. Une belle histoire qui rend ce grand vin encore plus exceptionnel.

Satellites et drones dans le vignoble Bordelais

Aussi étonDrone et satellites vignes et vignoble bordelaisnant que cela puisse paraître, des satellites et drones font leur apparition au-dessus des vignes de grands châteaux bordelais.
Pour quelle utilité ? Réaliser la cartographie complète des vignobles relevant l’activité chlorophyllienne des feuilles, indicateur primordial qui permet aux vignerons de vendanger les raisins à maturité optimale à l’automne. D’autres utilités sont appréciées par les producteurs : gestion de la fertilisation au printemps, entretien des sols et taille pendant la période hivernale.
Les images satellites par infrarouge sont devenues le quotidien du Château Malartic-Lagravière (Pessac-Léognan). Jean-Jacques Bonnie, directeur de ce Grand Cru Classé explique que « cela nous permet de voir la vigueur de la vigne sur une évolution annuelle. Lors des travaux d’entretien d’hiver, on peut ainsi jouer sur la taille ou trouver la cause en cas de faible vigueur ». Par contre, les satellites ne peuvent prendre des clichés uniquement lorsque le ciel est entièrement dégagé. Ces systèmes ont été élaborés par la société EADS Astrium en collaboration avec l’ICV (Institut Coopératif du Vin). EADS s’est inspiré d’un système déjà mis en place pour la culture céréalière en 1996.
En plus des satellites, les drones viennent à leur tour faire leur apparition dans le vignoble bordelais, moins contraignants et plus précis. Pour Henri Borreill, président de la société de drones Exametrics, qui tente de s’imposer sur ce marché naissant, le drone offre l’avantage sur le satellite de «différencier vigne et enherbement entre les rangées», évitant alors de «confondre le stress hydrique de la vigne avec celui de l’herbe». Les cartes réalisées sont plus précises. Le Château Pape-Clément, Grand Cru Classé de Graves, est le premier à avoir acquis un drone de ce type prénommé « Vers l’excellence ».

Le vin, un produit stratégique lors de la Première Guerre Mondiale

A l’occasion du cenVin des Poilus Première Guerre Mondialetenaire du début de la Première Guerre Mondiale (1914 – 1918), Christophe Lucand, docteur en histoire à l’Université de Bourgogne détaille le rôle du vin en France lors de la Grande Guerre et les conséquences du conflit sur le vignoble.
Souvent mal connu, le « Pinard des Poilus » a pourtant été une clé supplémentaire pour comprendre le quotidien des soldats du front de la Première Guerre Mondiale. Christophe Lucand, spécialiste des vins de Bourgogne, a entamé un livre sur la Grande guerre et le vin qui devrait paraitre début 2015. Des réflexions qui ont donné lieu à une conférence donnée la semaine dernière à l’Université de Bourgogne (et disponible gratuitement sur le site : http://chaireunesco-vinetculture.u-bourgogne.fr/fr/ressources/annales/conferences.html )
Dans les tranchées, le vin faisait partie de l’approvisionnement réglementaire des soldats français (au minimum 25cl de vin par jour et par soldat). Les Poilus affectionnaient particulièrement ce « pinard » : vin propagande (associé au tabac et à la figure féminine), vin martial (le bien-nommé « canon de vin » qui galvanisait les hommes avant le combat) ou encore vin aliment (que les médecins recommandaient en remplacement d’un bon repas…).
Malgré un approvisionnement compliqué dans les tranchées (par camions puis à l’aide de 4000 wagons réquisitionnés pour la cause), le vin devint un produit stratégique et donc un élément primordial pour préserver le moral des troupes.
L’historien de l’Université de Bourgogne affirme même que : « Pour Pétain, c’est grâce au vin que les Poilus ont remporté la guerre » mais cela a aussi permis la popularisation du vin en France en devenant un « breuvage national et patriotique ».
Mais alors que le vignoble français connaissait une importante crise (pénurie de main d’œuvre car hommes au front mais aussi crise de Phylloxéra ou encore désorganisation générale du transport), d’où provenait ce vin? Essentiellement des pays à gros rendement du Sud de la France ou des grands vignobles industriels d’Algérie.

Pour en savoir plus, retrouvez Christophe Lucand le 14 août prochain à la Foire aux Vins d’Alsace de Colmar pour une conférence sur le thème du vin pendant la Première Guerre Mondiale.