Archives du mot-clé Champagne

Rencontre oenologique dans le vignoble champenois, au domaine Philippe Martin

Musée - Domaine Philippe Martin

La maison Martin produit des champagnes depuis plus de deux siècles. Typiquement champenoise, la maison a été édifiée en 1892, au cœur du petit village de Cumières près d’Epernay. Les générations de la famille Martin travaillent tour à tour leurs vignes pour élaborer des champagnes à la fois authentiques et modernes. Lire la suite

Rencontre oenologique dans le vignoble champenois, au domaine Edmond Barnaut

Interview de Laurette Secondé, propriétaire avec son mari du domaine Edmond Barnaud. Elle nous parle de la propriété et des vins du domaine.

D’où vient cette envie de faire partager aux visiteurs votre connaissance sur le champagne ? Racontez-nous votre parcours en quelques lignes.
Épouse de vign16195-650x330-autre-barnaut-champagneeron, depuis plus de 20 ans j’ai su que mon chemin était dessiné. Mon mari m’a transmis sa passion du vin. Être à l’écoute des clients, leur faire partager l’histoire du champagne et ouvrir une page sur le champagne BARNAUT. Depuis 2001 nous avons une boutique unique en champagne. Avec 2000 visiteurs par an, j’accueille avec l’aide de mon équipe et nous faisons découvrir nos cuvées et surtout ce qui est recherché : le Bouzy-Rouge et le Bouzy-Rosé. Être au contact de nos visiteurs, les faire voyager dans le monde du vin, c’est mon métier et celui de mon mari, Philippe Secondé, arrière petits-fils d’Edmond BARNAUT . Lire la suite

L’histoire viticole de la Champagne

Les vins de Champagne, vin des rois de FranceVille de Reims

La Champagne a accueilli au cours des siècles de nombreux rois de France. Clovis, fit en effet de ce lieu une région d’intérêt pour la Couronne Française, étant sacré premier roi des Francs en 498 à Reims par l’évêque Saint-Rémi, premier évènement d’une longue tradition de sacres des rois de France dans la ville champenoise de Reims. Les cérémonies étaient suivies de grands festins au cours desquels les vins de Champagne coulaient à flots.

Ces vins furent rapidement appréciés et reconnus pour leur qualité, devenant des cadeaux appréciables pour la haute société et les monarques. François 1er ou Louis XIV se virent ainsi offrir par la région, à l’occasion de leur couronnement, quelques centaines de pintes de vin (une pinte, ancienne mesure, représentant un peu moins d’un litre). Les vins de Champagne sont, dès cette époque, des vins de célébrations et d’évènements de prestige, une réputation perpétrée jusqu’à nos jours.

Vers l’effervescence du Champagne

Bulle de champagne

En matière vinicole, le pétillement et la mousse des vins est un phénomène connu depuis longtemps, comme en témoigne un papyrus égyptien en date du 23 octobre 522 après Jésus-Christ : énumérant les cas d’annulation d’une vente de vin, il citait la reprise de la fermentation au printemps. Cette seconde fermentation se traduisant par un pétillement était considéré comme un défaut du vin. Ce pétillement était ni régulier, ni compris, ni provoqué. Dès 1320, le vin d’Epernay était décrit dans un poème comme étant « clair, brillant, fort, fin, frais, sur la langue pétillant. » Mais ce pétillement n’était pas propre aux vins de Champagne.

L’histoire des vins pétillants connaît une rupture dans les années 1670-1690, avec la naissance des vins de Champagne mousseux. C’est la première fois qu’un vin pétillant est associé à un territoire précis, la Champagne. C’est aussi la première fois que des techniques spécifiques de vinification sont mises au point.

Le vin de Champagne mousseux connaît rapidement un grand succès, en Angleterre puis en France dans les années 1700. Vin extravagant (expulsion du bouchon, mousse), éveillant les cinq sens, mais aussi très cher, il se diffusa d’abord dans les milieux aristocratiques. Son coût était augmenté par sa production très difficile. En effet, il fallait conserver le vin pendant plus de six mois en tonneaux, puis le mettre en bouteilles au printemps et attendre jusqu’à l’automne. La mousse prenait lorsque le sucre présent dans le vin au printemps était encore suffisant pour provoquer naturellement une seconde fermentation.

Or, les producteurs de Champagne ne connaissaient pas les mécanismes de cette seconde fermentation. Souvent, la prise de mousse échouait faute de sucre. Plus souvent encore, les bouteilles explosaient lors de la prise de mousse. Il fallut en fait près d’un siècle et les efforts de nombreux producteurs, des années 1700 aux années 1800, pour élaborer des techniques spécifiques : bouchage au liège avec ficelle en lin puis en fer ; sélection des bouteilles les plus résistantes ; variation de la date de tirage en bouteille en fonction des années ; ajout de sucre dans le vin déjà en bouteilles ; utilisation de caves à température stable pour améliorer la conservation des vins ; élimination du dépôt par la technique du dégorgement à partir des années 1780-1790.

C’est ainsi, qu’à la lueur de documents avérés, que le champagne est sur un plan historique le premier vin mousseux produit dans un territoire déterminé – la Champagne – et de manière régulière par des producteurs locaux.

L’âge de la célébrité du vignoble

Histoire de la Champagne

Au XVIIIème siècle, le Champagne devient célèbre à la Cour de Louis XV et est définitivement associé à une image de fête, de luxe et de volupté. La Marquise de Pompadour dira : « le Champagne est le seul vin qui laisse la femme belle après boire ». C’est d’ailleurs à cette époque que les premières maisons de Champagne apparaissent, telles que la maison Ruinart en 1729 ou la maison Moët en 1743.

Lors de la débâcle napoléonienne en 1815, la Champagne est occupée par des officiers prussiens, autrichiens et russes qui deviennent de francs amateurs de Champagne, contribuant à la fin de ces guerres à l’internationalisation de sa consommation et à l’implantation de groupes rhénans dans la région pour procéder à des échanges commerciaux. La filière viticole champenoise n’aura alors de cesse de se structurer tout au long du XIXème siècle.

Création des appellations du vignoble champenois

En 1887, le syndicat des grandes marques de champagne obtient la propriété du mot « Champagne » pour tous les vins issus de la région. En 1908, une première zone d’Appellation d’Origine Contrôlée (AOC) est tracée, portant sur 15 000 hectares ; la délimitation définitive de 34 000 hectares est donnée en 1927. L’AOC impose 35 règles de qualité comme celle de la limitation à sept cépages autorisés (dont les principaux sont le pinot noir, le pinot meunier et le chardonnay), limitation du rendement à l’hectare et au pressurage, ou une durée minimum de vieillissement, …

Aujourd’hui, le vignoble champenois, à découvrir notamment lors de stage œnologique, s’étend sur quatre espaces très différents – la Montagne de Reims, la vallée de la Marne, la Côte des Blancs, la Côte des Bar – et ses 15 000 vignerons sont les dignes héritiers de cette histoire viticole champenoise.

Salon des vins des vignerons indépendants

Du 28 novembre au 2 décembre 2013 se tiendra à la Porte de Versailles à Paris le Salon Des Vins des Vignerons Indépendants.

Ce salon possède sa spécificité… le terme « indépendant » donne le ton. C’est une rencontre avec celui qui signe de son nom chaque étiquette dans le respect de la charte signée. Une idée préside : « le savoir-être du vin« . Des hommes différents,  à travers l’expression d’un savoir- faire authentique, vous offriront donc des vins variés. « L’indépendant », perpétuant souvent une tradition familiale dans des parcelles modestes, travaille sa vigne, récolte, vinifie, met en bouteille et commercialise son produit.
Il est donc présent dans toutes les étapes liées à la vie de son vin et sera le mieux placé pour  vous guider dans votre dégustation, vous parler de son métier, vous conseiller et bien sûr vous encourager à remplir votre cave de son breuvage…
Déambuler le long des allées du salon où se côtoie toute la France viticole devra mettre en bouche l’amateur de vins que nous sommes et sera l’occasion d’aller à la rencontre des vignerons partenaires de VINOTRIP. Parmi eux : le domaine François Buffet en Bourgogne, dirigé aujourd’hui par Marc-Olivier Buffet, et dont le vignoble de pinot noir tire magnifiquement profit des terroirs exceptionnels de Volnay et Pommard ;  ou encore le domaine Marcel Humbrecht en Alsace, …

Cette promenade œnologique pourra se poursuivre dans les vignes ou sur la route des vins de France, pour une approche différente et plus riche. Elle vous conduira, à votre tour, chez ceux avec qui vous aurez tissé des liens au salon, vous y séjournerez. Ces vignerons indépendants vous attendent, le temps d’un week-end de dégustation de vin, en Alsace, Bourgogne, Bordelais, Champagne sur leurs terres prêts à vous faire découvrir leur passion … et leur vin.

De la porte de Versailles aux vignobles il n’y a qu’un pas !!